Chimie de l'iode

Etude de la chimie de l'iode de la centrale à l'atmosphère

Lors d’un accident dans une installation nucléaire, les radionucléides issus de la fission du combustible sont susceptibles d’être relâchés à l’environnement. A ce titre, l’iode est un produit de fission particulièrement important car il contribue fortement aux conséquences radiologiques. Les recherches menées visent à modéliser l'impact de l'iode radioactif avec un modèle petite échelle. Grâce aux travaux antérieurs communs IRSN/Université de Lille entrepris dans le cadre de l’ancien Laboratoire de Recherche Commun (LRC) C3R d’une part, et du nouveau mécanisme de l'iode en phase gazeuse mis à jour durant la thèse de doctorat de Camille Fortin d’autre part, les simulations permettront de mieux comprendre l'impact des rejets atmosphériques en iode suite à l'accident de Fukushima-Daiichi sur l'ozone et la pollution de l'air.

L’étude proposée ici s’attache plus particulièrement à modéliser l'accident de Fukushima-Daiichi pendant toute la durée, en reprenant les différents termes sources estimés dans la littérature. Grâce aux schémas mis en évidence par l'étude 0D réalisée par Camille Fortin, le mécanisme chimique détaillé sera ensuite réduit. Une fois cette étape acquise, l’IRSN sera en mesure d’incorporer le résultat de cette étude au sein des modèles implémentés dans ses outils rapides, permettant de décrire le comportement de l’iode dans l’atmosphère, à la fois en champ proche et en champ lointain.