Recherche

En 2016, l’unité compte 30 personnels permanents (7 chercheurs CNRS, 11 enseignants-chercheurs, 5 ITA, 7 BIATSS) dont 12 du CNRS, 18 de l’Université Lille1. Au 1er janvier 2016, 23 doctorants et 4 post-doctorants font partie de l’unité.

Pour développer les actions de recherche en cours et pour mettre en œuvre de nouveaux projets dont les objectifs sont décrits dans les perspectives scientifiques, la politique de recherche de l'unité s’appuie sur les trois opérations de recherche suivantes :

 

concernent deux aspects de la combustion, d’une part les problématiques environnementales liées d’une part aux mécanismes de formation et/ou de destruction de polluants, tels que les NOx, les COV, les HAP, les suies dans des flammes de combustibles gazeux, liquides ou solides, dans les procédés propres, et d’autre part l’autoinflammation dans les moteurs en lien avec la reformulation des carburants et la formation des polluants. Une nouvelle thématique transversale E1/E2 dédiée à l'étude des propriétés hygroscopiques des particules de suies est engagée.

s'inscrit dans la problématique de la chimie atmosphérique et de la qualité de l’air. En particulier l’axe « Réactivité atmosphérique homogène et hétérogène » étudie les réactions chimiques ou photochimiques qui ont lieu dans l'atmosphère et les réactions d’oxydation qui se produisent dans les mécanismes de traitement de l’air par photo-catalyse et plasma froid. L’axe "Qualité de l’Air : métrologie et modélisation" s’intéresse à la caractérisation physico-chimique des polluants, à l’identification des sources et leur contribution à la pollution, aux phénomènes de transport à différentes échelles et aux facteurs d’influence permettant d’expliquer les observations réalisées.

s’appuient sur le Laboratoire de Recherche Commun C3R CNRS / IRSN / Lille1 créé en septembre 2009 pour 4 ans. Ses axes de recherche concernent l'aspect expérimental et la modélisation du comportement physicochimique (réactivité, thermodynamique) d'espèces chimiques soumises à des ambiances thermiques et/ou radiolytiques sévères dans quatre domaines scientifiques : la cinétique en phase gazeuse, les interactions gaz-particules, la radiochimie et la combustion.