Suies et aéronautique

Les traînées de condensation, formées par le passage des avions lorsque l'atmosphère est suffisamment froide et humide peuvent évoluer en voiles persistants prenant la forme de cirrus. Des cirrus peuvent également se former sous l'effet des émissions d'aérosols (les suies en particulier) qui servent de noyaux de condensation en cristaux de glace. Ces modifications de la couverture nuageuse sont une contribution possible de l'aviation au forçage climatique. Les processus de formation de ces phénomènes nuageux, ainsi que l'ampleur de leur impact sur le climat, restent mal connus.

Les travaux de cet axe de recherche visent à comprendre l’impact de la nature des suies (morphologie, composition chimique), notamment les suies aéronautiques, sur leur propension à former des noyaux de condensation et noyaux glaciogènes, notamment à travers une étude des propriétés hygroscopiques des suies au moyen d’un cloud condensation nuclei counter (CCNc), et l'étude de la formation de nuclei de glace au sein d'un réacteur de noyaux glaciogènes (Lille Ice Nucleation Chamber).

Ce projet, initié par un contrat multipartenaires MERMOSE sur la caractérisation des émissions particulaires en sortie d'un moteur aéronautique civil avec un financement de la DGAC, implique une collaboration étroite avec l’équipe E2 (Chimie hétérogène atmosphérique) du PC2A et est soutenu par le Labex CaPPA (Chemical and Physical Properties of the Atmosphere).